Friday, November 21, 2014

CLARA Magazine France "aleXsandro Palombo - Il était une fois l'art de dènoncer les violences faites aux femmes"


CLARA Magazine 
"Interview with aleXsandro Palombo"


 CLARA Magazine Cover
 by aleXsandro Palombo


AleXsandro Palombo Il était une fois l’art de dénoncer les violences faites aux femmes

Même quand la vie de couple semble avoir commencé comme un conte de fée, la violence conjugale, lorsqu’elle s’installe, tue. Derrière les images d’Épinal d’une vie idyllique se cache parfois une douloureuse situation que les ami-es, la famille, la société ne veut pas voir. Pour dénoncer cette situation, AleXsandro Palombo, artiste italien, propose une série d’images détournées à partir des personnages féminins des contes de notre enfance et comics americains. Entretien.

Comment en êtes-vous venu à travailler sur les violences conjugales?

Il s’agit d’une urgence sociale plus qu’une idée. Chaque jour, beaucoup de femmes subissent des violences de la part de leur conjoint. En Italie, une femme meurt assassinée par son conjoint tous les deux jours. Il s’agit d’une situation sociale terrible. Je voulais contribuer à
la diffusion de ce message contre les violences conjugales.

Comment choisissez-vous vos personnages?

J’utilise depuis toujours les personnages des cartoons pour affronter des thèmes sociaux importants. Dans ce cas précis, j’ai utilisé les personnages qui étaient
selon moi les plus aptes à transmettre ce message.

D’où l’idée d’utiliser des personnages connus?

C’est certainement plus efficace. Ces personnages
appartiennent à l’imaginaire collectif, ils sont familiers, un bout de notre enfance.

Quel message essayez-vous de faire passer à travers votre art?

Réfléchir, raisonner, penser, ouvrir son esprit, ce que de moins en moins de personnes font aujourd’hui. Nous
vivons dans une société de consommation, une société faussement construite par le marketing. Les gens sont bombardés au quotidien par des messages irréels, déformés… C’est exactement ce que je mets en débat à travers mon travail artistique.

Articulée autour d’une question : « Quel genre d’homme es-tu? », cette série interpelle directement les auteurs ou potentiels auteurs de violences conjugales.

Toute les voix qui s’unissent contre la violence sont importantes mais je pense que ce sont les hommes eux-mêmes qui devraient combattre la violence des
hommes envers les femmes, c’est selon moi la meilleure des façons pour lutter contre cette urgence sociale.
Vous êtes également l’auteur d’une série représentant des princesses Disney en situation de handicap.
J’ai voulu réaliser cette campagne car elle me concerne de très près. Il y a quelques années, j’ai subi une intervention chirurgicale pour l’ablation d’un cancer qui m’a laissé dans une situation de handicap, une partie de mon corps a été gravement endommagée. Depuis,
je vis un vrai calvaire, j’ai été catapulté dans une nouvelle réalité remplie de douleurs avec lesquelles je dois vivre tous les jours et pour le reste de ma vie.

C’est suite à cette expérience personnelle que j’ai développé cette idée. Cette série fait-elle l’unanimité?

Je suis contre toute forme de stéréotypes et préjugés et pourtant, lorsque j’ai réalisé cette série, il y a eu un grand débat à travers plusieurs pays. D’un côté, les « pour » avec des parents d’enfants porteurs de handicap qui étaient heureux car cette série s’approchait de leurs
situations réelles, sans discrimination et, de l’autre côté, les « contre » avec des parents indignés car, selon eux, les princesses représentées ruinaient l’enfance
de leurs enfants. D’une part, l’égoïsme social de la perfection, de la fiction, de la stupidité et, d’autre part, le droit à l’égalité sociale et la lutte pour l’égalité
des droits humains.

Quels sont vos projets ? Quelles sont les thématiques que vous voulez aborder?

Parmi les dernières séries présentées, il y a celle contre l’utilisation d’enfantssoldats de la part du Hamas en Palestine et une forte campagne contre l’intimidation.
Mon art est toujours en évolution, c’est le miroir du monde dans lequel nous vivons…

Propos recueillis par Gwendoline Coipeault

Des chiffres en +

En France, 121 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon l’an passé. À l’échelle européenne,
22 % des femmes ont subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur compagnon actuel ou passé au moins une fois. Source : Agence des droits
fondamentaux de l’Union Européenne, 2014.


No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.